Selon la légende, Amalfi était une nymphe dont Hercules était amoureux et à sa mort ce demi-dieu décida de l’enterrer dans le lieu le plus beau au monde, donnant à la ville le nom de sa bien-aimée.

    Selon l'histoire, en revanche, Amalfi fut fondée par un groupe de familles provenant de Melphes, (l’actuel Melfi), qui donna à la ville le nom de A-Melphes. Les premiers documents citant Amalfi remontent à l’année 533 après J.-C. quand, après la guerre gréco-gothique, elle est réunie au duché de Naples. Sicard, le duc de Bénévent, pilla Amalfi en 836 après J.-C. et il déporta une partie de ses habitants à Salerne, afin d’exploiter leurs compétences maritimes. Après la rébellion de l’année 839 après J.-C.la ville commença son éclatante montée et devint une florissante puissance maritime jouant un rôle de protagoniste de premier plan dans la Méditerranée jusqu'au XIe siècle.

    Comme institution les Amalfitaines choisirent la République, d’abord gouvernée par deux préfets, puis par des juges et à partir de l’année 958, par des doges. D'un point de vue formel, l'élection des autorités devait être confirmée par l'Empereur byzantin, mais dans les faits, la ville se réglait indépendamment. La politique adoptée par les hautes fonctions de la république fut assez affranchie, ces dernières s’alliant avec quiconque pourrait être utile, même aux Sarrasins. L'alliance avec les pirates de l'Afrique du Nord, cependant, ne dura pas longtemps et en 915 ils contribuèrent à les chasser de leurs bases dans le Latium et la Campanie.

    Du IXe au XIe siècle après J.-C. Amalfi atteint une grande prospérité économique et devient à plein titre une puissance maritime. Dans sa description Guglielmo Appulo parle d'un port fréquenté par des gens provenant de tous les milieux, même les Indiens, et affirme qu'aucune autre ville n’était aussi riche en or et en tissus. Très importante est la célèbre Tabula Amalphitana où toutes les relations entre les différents acteurs de la vie sur les mers étaient réglementées, telles que celles du propriétaire du navire et de son équipage ou les transactions des marchands avec les marins. Le code maritime amalfitain devint un point de repère même pour les autres Etats ayant une vocation maritime.

    Même l’invention de la boussole, attribuée à un mystérieux Flavio Gioia, est la démonstration d’une grande expérience maritime acquise dans la République Amalfitaine. La décadence commença en 1039 apr. J.-C. avec la conquête par Guaimar V, Prince de Salerne. Avec la conquête de la principauté de Salerne par les Normands, Amalfi perdit définitivement sa liberté, même si elle put avoir un peu d'autonomie.

    Dans la tentative de se débarrasser de l'occupation normande, en 1135 les Amalfitains appelèrent au secours les Pisanes qui, arrivés en qualité d’alliés, préférèrent trahir et se livrer au pillage, décrétant ainsi le déclin définitif du territoire Amalfitain.

    D’abord un terrible raz-de-marée en 1343, et après la peste en 1348, dévastèrent la Côte Amalfitaine pour faire en sorte que toutes les villes riches furent réduites à des petits villages qui vivaient d'artisanat, de pêche et d'agriculture pénible.

    Le relance de la région commence au XIXe siècle grâce au tourisme d'élite d’abord et ensuite, au XXe siècle grâce au tourisme de masse.